Table d’offrandes de Qenherkhepeshef

Musée d'archéologie méditerranéenne - (MAM)

Gournet Mouraï, XIXe dynastie, Calcaire, H. 14,5cm ; l. 39,5cm ; prof. 34cm, Collection Clot-Bey, inv. 204

Cette table d’offrandes est au nom de Qenherkhepeshef, scribe de la Place de la Vérité sous le règne de Ramsès II puis de Merenptah, moment où il la fait réaliser.

En forme de hiéroglyphe hetep, elle présente les offrandes alimentaires et, tout autour, trente-quatre cartouches royaux de seize rois et de deux reines enterrés dans la nécropole thébaine que Qenherkhepeshef vénère les mains levées. A l’exception de deux d’entre eux, obscurs et méconnus, tous ont oeuvré à la grandeur de l’Egypte.

Qenherkhepeshef a laissé de nombreuses traces de sa fonction, scribe et directeur d’une équipe d’artisans-experts, chargés du creusement et de l’aménagement des tombes royales. De nombreux graffiti à son nom parsèment les rochers de la colline, traduisant un ego surdimensionnés. Mais les ouvriers, eux aussi, ont laissé des inscriptions témoignant de sa tyrannie. C’était pourtant un lettré : il possédait une “bibliothèque” contenant des textes religieux, administratifs et littéraires sur le même rouleau de papyrus. Il connaissait bien l’histoire de son pays si l’on en croit l’énumération des souverains légitimés par la doctrine officielle, éliminant les autres.

Ce petit monument exceptionnel est une référence pour les spécialistes car il leur a permis d’établir la succession des souverains et nous révèle la piété envers les rois-ancêtres.

© Musée d’Archéologie Méditerranéenne / David Giancatarina