En application des mesures gouvernementales de lutte contre l'épidémie de Covid-19, les Musées de la Ville de Marseille sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Entre le 29 mai et le 29 octobre, vous avez été près de 150 000 à parcourir nos établissements. Nous espérons pouvoir vous accueillir très prochainement. En attendant, retrouvez les collections et des contenus en ligne !

Stèle funéraire des adieux / Dexiosis

Musée d'archéologie méditerranéenne - (MAM)

Attique Première moitié du IVe siècle av. J.-C. Marbre pentélique, H. 107cm ; l. 70cm, Rapportée d’Athènes par le comte de Choiseul-Gouffier, inv. 1596

Il s’agit d’une stèle funéraire en marbre pentélique du IVe siècle av. J.-C.

Il manque la partie supérieure avec les trois têtes et la main droite de la nourrice, de même que l’angle bas à droite et le pied gauche de l’homme. La défunte, représentée de trois quarts, vêtue d’un péplos recouvert d’un himation, est assise sur un tabouret à coussin, le pied gauche en retrait sous le siège, l’autre sur le repose-pieds. La main gauche reposant délicatement sur la cuisse, elle tend sa main droite à un homme vêtu lui aussi d’un himation placé debout devant elle, les jambes croisées : il s’agit de son mari, venu lui faire ses adieux. Son bras gauche est plié et retient le pan de son manteau. Cette scène, la dexiosis ou dernière poignée de main, est récurrente dans les stèles funéraires de cette période. En arrière-plan, travaillé en bas relief, une nourrice debout tient un nouveau né enveloppé dans des langes et portant une calotte.

Ce relief d’un grand niveau technique doit être rapproché des stèles du cimetière du Dipylon de la fin de l’époque classique. L’accent est ici mis sur les gestes, notamment ceux des mains qui se retrouvent toutes au centre de la scène et sont donc au centre du discours. On peut également admirer le travail de la perspective et du jeu des drapés donnant à l’ensemble une forte valeur émotionnelle.

© Musée d’Archéologie Méditerranéenne / David Giancatarina