En application des mesures gouvernementales de lutte contre l'épidémie de Covid-19, les Musées de la Ville de Marseille sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Entre le 29 mai et le 29 octobre, vous avez été près de 150 000 à parcourir nos établissements. Nous espérons pouvoir vous accueillir très prochainement. En attendant, retrouvez les collections et des contenus en ligne !

Poupée kachina

Musée d'Arts Africains, Océaniens et Amérindiens - (MAAOA)

Les Indiens Hopi vivent dans les Etats de l’Arizona et du Colorado au sud-ouest des Etats-Unis.

Les poupées kachina représentent à la fois les esprits de la mythologie Hopi et les masques qui les incarnent. Pour aider les enfants à les identifier, les hommes-masques fabriquent ces poupées et les offrent aux enfants lors des danses rituelles. Représentant la copie conforme du danseur masqué, donc de l’esprit, elle est rapportée à la maison permettant à l’enfant de se familiariser avec la mythologie en la regardant et écoutant les membres de sa famille lui raconter l’histoire du personnage et les symboles de son costume.


Fabriquées dans des racines de peuplier, ces poupées ont connu une importante évolution stylistique : au départ de formes géométriques, elles emprunteront peu à peu des détails anatomiques humains, puis des vêtements et parures spécifiques.


Cette kachina hémis est associée à la récolte lors du Niman, elle porte une tableta surmontée de demi-cercles symbolisant l’arc-en-ciel, ornés de motifs de maïs sur les côtés.

Le torse sombre rappelle que le danseur se badigeonne de nielle de maïs, les deux demi-cercles entrelacés sur la poitrine, sont signe d’amitié.

André Breton et les Surréalistes ont découvert ces poupées dans les années 1920. Ils y ont trouvé ce "débordement" du rationnel qui était pour eux le signe de la plus haute création poétique.


Poupée Kachina Hopi, Arizona, Colorado, Etats-Unis

1850-1950

Bois, pigments, plumes

Ancienne collection André Breton

Inv. 2003.1.2

© Ville de Marseille/Claude Almodovar et Michel Vialle