En application des mesures gouvernementales de lutte contre l'épidémie de Covid-19, les Musées de la Ville de Marseille sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Entre le 29 mai et le 29 octobre, vous avez été près de 150 000 à parcourir nos établissements. Nous espérons pouvoir vous accueillir très prochainement. En attendant, retrouvez les collections et des contenus en ligne !

Pendentif hei tiki

Musée d'Arts Africains, Océaniens et Amérindiens - (MAAOA)

Hei signifie pendentif et tiki, mot trans-polynésien, humain. Le hei-tiki est donc un pendentif de forme humaine. Tiki fait également référence au premier homme dans la légende des Maori. Ces pendentifs sont donc liés à la mémoire des ancêtres.

Ce hei-tiki réalisé dans une calotte crânienne fait partie de la collection de crânes humains du neurologue Henri Gastaut. L’os est gravé, figurant des tatouages typiquement maori. Les yeux exorbités sont incrustés de nacre, la bouche ouverte laisse voir la langue tirée, signe de force et de virilité. Souvent réalisés en jade ou néphrite, ils sont considérés taonga, trésors de chef, transmis de génération en génération, à l’intérieur des chefferies. Les autorités anciennes s’accordent à dire que la majeure partie du prestige du hei tiki vient du contact qu’il a eu avec de grands chefs qui l’ont porté, et non d’une signification magique, de sa taille ou de sa beauté.

Pour de nombreux Maori, porter un hei tiki est une manière de se rallier à leur identité culturelle. Beaucoup de collectifs d’artistes constitués au sein de groupes autochtones, créent de tels pendentifs en s’inspirant des modèles anciens.

Pendentif Hei tiki, Maori, Nouvelle-Zélande

1850-1950

Os, nacre

Ancienne collection Henri Gastaut

Inv. 1989.1.46

© Hugo Maertens, Bruges