Retour aux expositions
Mémorial des Déportations

Présentation du Mémorial des déportations

Exposition permanente
  • Lieu
    Mémorial des déportations
    Contact

    Tél. :
    04 91 55 36 00

    Mail:
    musee-histoire@marseille.fr

  • Horaires
    Actuellement fermé Du mardi au vendredi : 9h à 11h accueil des groupes, 11h à 18h accueil des individuels. Samedi et dimanche et vacances scolaires : 9h à 18h
    Fermé entre 12h30 et 13h30.

    Fermeture hebdomadaire le lundi, sauf les lundis de Pâques et de Pentecôte.

    Fermeture les jours suivants : 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre et le 25 décembre.

    ► Ouverture exceptionnelle samedi 18 mai jusqu'à 23h dans le cadre de la Nuit européenne des musées

  • Public
    Tout public
  • Tarifs

    Entrée gratuite dans la limite des capacités d’accueil

25 ans après son ouverture le Mémorial des camps de la mort, devenu Mémorial des déportations offre un parcours renouvelé au sein d’une exposition de préfiguration dont les contenus s’enrichiront dans les prochaines années.

Un lieu, un symbole

Au pied du Fort Saint-Jean, face aux vieux quartiers entièrement détruits durant la Seconde Guerre mondiale, le Mémorial des déportations est installé dans un blockhaus construit par l'armée allemande en 1943 dans un ensemble du verrou défensif, devant prévenir un débarquement des Alliés en Provence.Au moment où les derniers témoins disparaissent, le lieu s’attache à transmettre l’histoire et la mémoire des hommes, femmes et enfants arrêtés puis déportés parce que nés Juifs ou réprimés en tant que politiques, résistants, otages ou « suspects ». En 1940, Marseille est encore un port ouvert sur le monde, une porte vers la liberté pour certains, vers lareprise du combat pour d’autres. Dès 1942, lors de son occupation, Marseille bascule. En 1943, qualifiée de "chancre de l’Europe" par le régime nazi, elle cristallise la haine de l'étranger et de l’indésirable. Les événements tragiques de l'année 1943 menés par les Nazis avec la collaboration du régime de Vichy sont longuement évoqués au travers de films, de témoignages de victimes : rafles des communautés juives, évacuation et destruction des "vieux quartiers" et déportations. Conçu comme un lieu dynamique en constante évolution, le parcours a pour vocation de s’enrichir et se renouveler avec de nouveaux contenus et dispositifs.