Plaque dite aux singes

Musée Borély - Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode

Fabrique OLÉRYS-LAUGIER – Moustiers-Sainte-Marie

XVIIIe siècle
Faïence de grand feu -- 42,5 x 51 x 3,8 cm

Au XVIIe siècle, les singeries, scènes où les singes se livrent à des activités humaines, sont mises à l’honneur, notamment par Pierre Bruegel le jeune et David Teniers. En France, elles apparaissent dans l’art à la fin du règne de Louis XIV. On les trouve dans les décors et dans la peinture (Bérain, Gillot, Watteau, Chardin). Les faïenciers souscrivent à cette mode, comme le montre « La plaque aux singes de Moustiers », chef-d’œuvre du château Borély.

Son décor polychrome met en scène une centaine de petits singes, dans un décor dense et complexe qui pourrait être une satire de la vie des aristocrates. Huit scènes cocasses représentent les plaisirs  de la table, du jeu, de la chasse et des arts. Le peintre s’est lui même représenté peignant son décor sur une plaque de même forme. Rien ne manque : pinceau, godets à couleurs, barre de soutien de la main.

 

© Musées de Marseille