Retour aux expositions
Ghada Amer

"Ghada Amer, sculpteure"

Du au
  • Lieu
    Centre de la Vieille Charité - (CVC)
    Contact

    Tél. : 04 91 14 58 46
     

  • Horaires
    Actuellement fermé Du mardi au dimanche de 9h à 18h
    Fermeture hebdomadaire le lundi, sauf les lundis de Pâques et de Pentecôte

    Fermeture les jours suivants : 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre et le 2­5 décembre.

    Fermeture de la billetterie 30 minutes avant la fermeture du musée.

    ► Afin d'être certain de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d'exposition, nous vous invitons à contacter le musée avant votre visite. Tel : 04 91 14 58 46.

  • Public
  • Tarifs

    Gratuit

L’exposition Ghada Amer a été conçue et organisée par le Mucem, en partenariat avec la Ville de Marseille/Musées de Marseillle et le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Une exposition rétrospective proposée en 3 lieux :
- Mucem - Fort Saint-Jean : bâtiment Georges Henri Rivière et jardin des migrations
- Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur (jusqu’au 26 février)
- Chapelle du Centre de la Vieille Charité, Musées de Marseille

L’exposition « Ghada Amer » est la première rétrospective de l’artiste en France. Déployée en trois lieux (Mucem, Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur et la chapelle de la Vieille Charité), elle réunit les différents modes d’expression plastique de l’artiste franco-américano-égyptienne, depuis ses débuts jusqu’à ses créations les plus récentes.

La broderie, la peinture, la céramique, le bronze et la création de jardins sont au cœur de son art. Entre Orient et Occident, Ghada Amer interroge d’une culture à l’autre les représentations, les rapports de domination, les processus d’assimilation, d’opposition ou de traduction. Elle est aujourd’hui une voix majeure des enjeux post-coloniaux et féministes de la création contemporaine.

Née au Caire en 1963, Ghada Amer s’installe à Nice avec ses parents en 1974. Elle s’y formera à la Villa Arson avant de rejoindre l’Institut des hautes études en arts plastiques à Paris. Révoltée par la difficulté de s’affirmer comme peintre dans les années 1980 – et a fortiori comme femme peintre –, Ghada Amer élabore une œuvre de toiles et d’installations brodées ainsi que de sculptures et de jardins, à travers lesquels la peinture s’affirme progressivement. 
En 1999, elle est invitée par Harald Szeemann à exposer à la Biennale de Venise, où elle reçoit le prix UNESCO pour la promotion des arts. Depuis 1996, elle vit et travaille à New York.

►Au Mucem - Fort Saint-Jean : bâtiment Georges Henri Rivière et jardin des migrations :
Du 2 décembre au 16 avril 2023
« Ghada Amer, Orient الغرب - -  الشرق- Occident »

Au Mucem, le parcours transculturel et international de l’artiste est mis en lumière : l’Orient, sa perception par l’Occident, la traductibilité d’une culture dans une autre, la religion et la condition féminine constituent autant de thèmes dont Ghada Amer livre une vision personnelle, engagée et nuancée, s’affirmant comme une des grandes voix des débats actuels sur les enjeux post-coloniaux de la création.
En regard, la première sculpture-jardin de Ghada Amer en langue arabe, A Woman's Voice Is Revolution [la voix de la femme est révolution] est présentée sur l’aire de battage dans les jardins du fort (depuis le 17 septembre 2022 jusqu’au 16 avril 2023). 

Plus d’informations : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/ghada-amer

À la chapelle du Centre de la Vieille Charité, Musées de Marseille : 
Du 2 décembre 2022 au 16 avril 2023
« Ghada Amer, Sculpteure »

Ghada Amer et ses broderies se sont imposées dans le champ de la création contemporaine. Mais depuis le début de sa carrière, l’artiste réalise aussi des recherches dans le domaine de la sculpture. Leurs plus récents aboutissements sont présentés dans la chapelle baroque du Centre de la Vieille Charité.
Après avoir créé des installations de toile brodée et plusieurs sculptures-jardins, l’artiste étend en 2010 sa pratique sculpturale à la résine puis au bronze. Afin de pouvoir réaliser elle-même les modèles d’argile pour ces œuvres, elle effectue entre 2014 et 2017 plusieurs résidences à la Greenwich House Pottery à New York, où elle est installée. La malléabilité de la terre et la picturalité des émaux lui ouvrent un large champ de création. 
L’euphorie du geste n’efface cependant pas l’engagement féministe de Ghada Amer, elle l’exalte. Les pin-up détournées de l’imagerie publicitaire et pornographique sont transposées en sculptures – leurs silhouettes, tantôt mises en pièces, tantôt déformées par les irrégularités de l’argile, se chargent d’une expressivité à laquelle la monumentalité confère toute sa puissance.

Au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur : 
Du 2 décembre 2022 jusqu’au 26 février 2023 
« Ghada Amer, Witches and Bitches »

Pour Ghada Amer, la question de la femme transcende celle de l’appartenance culturelle ou religieuse. Résolument féministe, elle s’est emparée en peintre du médium traditionnellement féminin de la broderie. Entre hommage et revendication, ses toiles entrent en dialogue avec les « maîtres » d’une histoire de l’art trop longtemps dominée par les hommes. Elles se développent sous le signe d’une puissance créatrice jubilatoire et d’un intérêt nouveau pour le portrait. 

Plus d’informations :

 

Informations pratiques

 

 

Un billet couplé pour les deux volets de l’exposition au Mucem et au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur : 8 € tarif plein, 4 € tarif réduit. (Billet couplé valable jusqu’au 26 février 2023.)
L’exposition à la chapelle du Centre de la Vieille Charité est gratuite.

Un livret de visite gratuit commun aux trois lieux 
Dans le cadre de la rétrospective « Ghada Amer », un livret gratuit de visite donne des clés de compréhension sur les œuvres phares et les thèmes abordés dans chaque lieu d'exposition. 

Catalogue de l’exposition
Ghada Amer, A Woman’s Voice Is Revolution

Textes d’Hélia Paukner et de Philippe Dagen, commissaires de l’exposition, et des auteurs suivants : Emilie Bouvard, Sahar Amer, Danji Lee
Ce livre donne un large panorama de la première rétrospective de Ghada Amer en France. 
A Woman’s Voice Is Revolution, du nom de la sculpture-jardin créée à cette occasion au Mucem (fort Saint-Jean).
Coédition : Dilecta / éditions du Mucem
Livre bilingue : français / anglais
Reliure suisse, dos apparent
200 images, 256 pages
Prix : 35 € (en vente sur les trois lieux d’exposition)
ISBN : 978-2-37372-163-8

Les commissaires

Hélia Paukner, conservatrice responsable du pôle Art contemporain, Mucem
Philippe Dagen, historien de l’art des XXe et XXIe siècles, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, critique pour le quotidien Le Monde et commissaire indépendant

Voir tout l'agenda
Visites commentées

Visites commentées de l'exposition "Ghada Amer. Sculpteure"

Centre de la Vieille Charité - (CVC)